Vanité. Il s’était vautré dans la vanité depuis bien trop longtemps. C’était une fange chaude et familière dans laquelle il avait été bon de se rouler. Mais cela restait de la fange, quoi qu’on en dise. Rien d’autre qu’un sombre tas de merde bruissant de mouches aux ailes grasses.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s