Le cerf le dominait. Le pelage blanc maculé de boue sèche, ses yeux ceints d’une glaire jaunâtre, les reflets de son museau scintillant dans l’obscurité tombante du soir, les pinces engoncées dans la terre, ses sabots comme des chevilles de métal prêtes à se planter de toute sa masse là où son élan l’emportait (…)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s