Quand le calme était venu, il avait rouvert les yeux. Il s’était frotté les pupilles et les gencives avec la poudre noire. Puis il avait fourré la pipe de cristaux et l’avait allumée d’un geste sec, soufflant sur la flamme pour exciter les vapeurs de l’algue encens. Portant le bouton en nacre à ses lèvres rainurées de rides, il avait aspiré la fumée jusqu’à ce qu’elle aille se terrer dans son coxis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s